Retour à “Les acquisitions 2020”

Le Sommeil

Claude-Marie Dubufe

Le Sommeil
Claude Marie Dubufe, 1831
Huile sur toile, 59 cm × 72 cm
Inv. 2020.4.1
Don de la Galerie Michel Descours au musée Fabre, 2020

Claude-Marie Dubufe entre dans l’atelier de David en 1804, puis expose au Salon à Paris à partir de 1810. D’abord peintre d’histoire, c’est dans le portrait et plus encore avec ses têtes d’expression féminines que l’artiste rencontre le succès à la fin des années 1820. Dubufe se fait une spécialité de ces figures tantôt exaltées, tantôt tourmentées, à la chevelure brune et à la coiffure caractéristique des années romantiques, où se mêlent lyrisme et sensualité.

C’est au Salon de 1827 que Dubufe présente les quatre tableaux qui vont assoir sa réputation. D’une part Les Souvenirs et Les Regrets (Pasadena, Norton Simon Museum) et d’autre part Le Sommeil et Le Réveil. Notre tableau est une réplique du Sommeil peinte en 1831, dont on connait également trois autres versions. Les tableaux originaux du Salon de 1827 n’ont pas été localisés.

La jeune fille est représentée dans un état d’abandon, sans doute livré à un songe. En laissant la bouche du modèle entrouverte, l’artiste évoque la volupté du personnage, et donne au tableau une remarquable ambiguïté, entre le sommeil et le plaisir érotique.

Danaë
Jean-Baptiste Regnault, huile sur toile

Le peintre s’est peut-être inspiré des figures classiques de Danaë, et plus particulièrement de celles peintes par son ainé, l’artiste néoclassique Jean-Baptiste Regnault. Dans ses figures à mi-corps, Regnault avait déjà contribué à séculariser le mythe. Dubufe y ajoute un surcroit de modernité en faisant de son personnage une figure de fantaisie, en évacuant tout aspect mythologique et narratif, et en représentant la jeune fille selon les canons de la beauté féminine romantique des années 1820. L’œuvre est à cet égard un témoignage passionnant sur la porosité des genres picturaux à l’époque romantique, et du goût pour la représentation pure du sentiment, au-delà de tout contexte narratif.

Pierre Stépanoff

Pour aller plus loin :

  • Catalogue de l’exposition Les Années romantiques, la peinture française de 1815 à 1850, Nantes, Musée des beaux-arts, 4 décembre 1995-17 mars 1996, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 16 avril-15 juillet 1996, Plaisance, Palazzo gotico, 6 septembre-17 novembre 1996, Paris, RMN, 1995.